Patrimoine


L’église Notre-Dame de Croas-Batz

église notre-dame croas batz
De style gothique, l’église est surmontée de son beau clocher de pierre de la Renaissance (1550), à balcons superposés, tourelles d’escalier latérales et lanternons : navires et canons sculptés sur les murs évoquent le double rôle maritime de la cité, port de corsaires et de marchands. L’intérieur de l’église reflète une atmosphère marine : plafond peint en bleu, aux nervures de bois brun, avec poutres et sablières sculptées.

Le port de Roscoff

port de roscoff
Ce port en eau profonde a été créé, entre 1970 et 1972, sur l'initiative des responsables économiques et politiques de la région de Morlaix. Sa vocation initiale était orientée vers l'exportation des productions légumières locales par la société BAI S.A., devenue par la suite Brittany Ferries. Depuis, un important trafic de ferries et de cargos s'effectue depuis Roscoff. Le port de Roscoff - Bloscon est ainsi devenu le plus important port français pour le trafic vers l'Irlande. La Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix y a implanté en 2003 la criée de Roscoff. Elle porte également un projet de création de bassin dédié à la plaisance.

Chapelle Notre Dame de Bonne Nouvelle

chapelle notre-dame de bonne nouvelle
Elle aurait été construite au début du 17ème, sur le domaine de Kérestat, par la famille de Kergoët dont les armes ornaient jadis un de ses murs. Les registres de l'église font mention de la célébration de quelques mariages dès 1619. En novembre 1796, des soldats tenant garnison à Roscoff enlevèrent toutes ses boiseries pour se chauffer. Dans son " Roscoff, un petit coin de Bretagne ", paru en 1888, Louis Pagnerre écrit : " A mi-chemin de Roscoff et de Saint-Pol s'élève sur la route, une modeste et petite chapelle, la chapelle Bonne-Nouvelle, où les pèlerinages sont très suivis. Les marins bretons en partance ou au retour de leur traversée, viennent y accomplir leurs vœux ".

L'ossuaire de Roscoff

ossuaire roscoff
Il donne une idée complète de ces petits édifices funèbres, dont la Bretagne possède encore un assez grand nombre. Il est situé près du mur qui sépare le cimetière (aujourd’hui - enclos de l’église) de la place; des arbres l'ombragent; dans ses murs de granit s'ouvrent deux étages de petites fenêtres; celles du bas sont presque carrées, celles du haut sont plus hautes que larges et cintrées; tout autour sont disséminées en tous sens, parmi de hautes herbes, les pierres tombales.

Le manoir de Kerestat (XVIème siècle)

manoir de kerestat
Restauré au XIXème siècle, édifié par la famille de Kerguvelen ou Kergoët, puis propriété de la famille de Kergoët (XVIème-1723, suite au mariage d'Anne de Kerguvelen avec Jean de Kergoët), de James de Portenoire, du comte de Marbeuf, et, au XIXème siècle, de la famille d'Herbais de Thun. Il est restauré en 1830, 1860 et en 1880. On y trouve, à proximité, un colombier et la chapelle dédiée à Notre-Dame de Bonne-Nouvelle.
Avez-vous apprécié cet article, cette page ? Faîtes le nous savoir :